L’étude de la réussite scolaire au Québec: une analyse historicoculturelle de l’activité d’un centre de recherche, le CRIRES

                                                        

Articles de revue

Publication status: 
2011
Journal name: 
Éducation et francophonie
Volume: 
39
Issue: 
1
Page range: 
156-182
ISSN: 
0849-1089, 1916-8659
DOI: 
https://doi.org/10.7202/1004335ar
Abstract: 
Le concept de réussite scolaire est examiné à travers les définitions, les axes de recherche et les moyens d’agir qu’ont retenus les chercheurs du Centre de recherche et d’intervention sur la réussite scolaire (CRIRES) depuis sa création en 1992. La théorie historicoculturelle est appliquée à ce cas et le modèle d’Engeström (1987, 1999) sert de cadre de référence pour l’analyse du système éducatif québécois en tant que système d’activité qui a pour finalité la réussite scolaire des élèves. Cette analyse, de niveau méta, examine l’activité des agents de la réussite scolaire, notamment les outils et instruments d’intervention mis en oeuvre dans différents contextes ainsi que certains rôles, normes et politiques qui en sont ressortis. L’analyse se veut proactive et met en lumière les modes d’intervention, en milieu scolaire et postsecondaire, des agents de la réussite scolaire au sein de leur communauté (classe, école, communauté locale ou élargie). Elle fait ressortir les éléments suivants : 1) la définition donnée en 1992 de la réussite scolaire, à savoir l’atteinte d’objectifs d’apprentissage propres à chaque étape des cheminements scolaires, est un artefact culturel utile malgré certaines réserves que les chercheurs du CRIRES expriment périodiquement à son sujet; 2) les axes de recherche orientent la médiation de l’innovation en privilégiant une grande variété d’outils et d’instruments ainsi que l’examen de leurs retombées dans des contextes précis; 3) le CRIRES conçoit de façon de plus en plus explicite son champ de recherche d’un point de vue systémique.
Exercice annuel: 
2011-2012
Collaboration chercheurs: 
(**)