Conclusion

                                                        

 

 

 

 

Ces vignettes témoignent de recherches qui toutes relèvent, chacune à sa façon, le défi d’une collaboration avec les milieux de pratique, à différents niveaux de participation des acteurs (classe, école, communauté, gouvernance). De telles recherches collaboratives permettent le plus souvent de mieux concilier (parfois même de réconcilier) tradition et innovation pédagogiques. En effet, d’une part, on sait que la tradition pédagogique a besoin de se renouveler en fonction de l’évolution de la société et du rapport que cette société entretient avec les savoirs. La recherche est un moteur important de ce renouvellement des savoirs de et pour la pratique par l’innovation pédagogique. D’autre part, on sait aussi que l’innovation pédagogique ne peut s’imposer autrement que dans un rapport harmonieux de continuité avec la tradition, une tradition, cela dit, dont les acquis sont souvent ceux des innovations du passé. Les recherches collaboratives, en prenant appui sur les points de vue des acteurs des milieux de pratique, en intégrant ces acteurs dans la démarche de recherche, permettent que le renouvellement des savoirs « pour » la pratique se fasse dans le respect et la reconnaissance des savoirs « de » la pratique.