Bourses Laure Gaudreault : dévoilement des lauréates 2020-2021

                                                        

Bourses Laure Gaudreault : dévoilement des lauréates 2020-2021

Il nous fait plaisir d'annoncer le nom des trois récipiendaires d'une bourse de 2 500 $ chacune. Merci à nos partenaires CSQ/FSE pour leur contribution à l'analyse des candidatures. Merci également aux chercheur-e-s du CRIRES qui ont participé à l'évaluation des dossiers.

 

Catherine Tardif (candidate à la maîtrise, Université de Sherbrooke)

Influence des pratiques d’enseignement de la musique sur le bien-être en classe des élèves du primaire inscrits à un programme en Arts-études

Le contexte particulier des programmes en Arts-études, notamment les exigences de performance académiques et disciplinaires, nous semble exposer les élèves à plusieurs situations de stress et d’anxiété pouvant nuire à leur bien-être en classe (CSÉ, 2020 ; Kenny, 2016). Or, les recommandations ministérielles, bien que reconnaissant l’influence de l’environnement pédagogique sur le bien-être scolaire, ne tiennent pas compte des spécificités de ces programmes. Ainsi, les enseignant·e·s de musique qui y travaillent disposent actuellement de peu d’information afin de répondre aux objectifs ministériels de promotion d’un environnement sain pour l’enfant.

D’une part, certaines pratiques d’enseignement de la musique semblent contribuer à une expérience positive en classe (Creech et Hallam, 2011 ; Ferm, 2006 ; Patston et Waters, 2015 ; Roberts, 2015). D’autre part, elles peuvent favoriser le stress et l’anxiété chez l’élève (Kenny, 2016 ; Persson, 1996 ; Ryan et Andrews, 2009). Cette étude corrélationnelle vise donc à décrire les effets des pratiques d’enseignement de la musique constatés sur l’anxiété de performance musicale et le bien-être en classe des élèves du primaire inscrits à un programme en Arts-études. Ce projet pose ainsi ses assises au cœur des intentions éducatives forant le développement d’un environnement sain pour l’élève.

 

Marilyn Ferland (candidate au doctorat, Université du Québec à Trois-Rivières)

Facteurs clés de l'intervention en résilience scolaire

Les capacités d’adaptation mises en branle chez les jeunes sont considérées comme des indicateurs de réussite éducative (Clerget, 2012). La recherche vise alors à décrire les facteurs familiaux et scolaires favorisant la résilience scolaire d’un groupe d’enfants, à examiner le processus résilient des participants se démarquant de l’échantillon et à élaborer des pistes d’intervention en résilience scolaire. L’échantillon est composé de 14 parents, 14 enfants âgés entre huit et onze ans et de 11 enseignants. Un devis de recherche mixte a été privilégié. Les résultats révèlent de nombreux facteurs de résilience scolaire sur les plans familial et scolaire et plus largement au niveau individuel et environnemental. Les résultats montrent que la contribution parentale active dans le suivi scolaire est associée à un niveau de résilience élevée chez les enfants. Des facteurs liés à la famille élargie y contribuent également. Les pratiques scolaires caractérisées par des relations positives entre les enseignants et les élèves, par des attentes réalistes et ajustées de la part des enseignants envers les élèves, par un climat scolaire positif et par diverses sources de motivation scolaire soutiennent également la résilience des jeunes. Enfin, l’étude présente la schématisation d’un modèle de résilience scolaire permettant l’identification d’interventions écosystémiques à promouvoir.

 

Isabelle Martineau-Crète (candidate au doctorat, Université du Québec à Trois-Rivières​)

Analyse des facteurs de risque et de protection liés à l’anxiété de performance d’élèves inscrits dans des programmes pédagogiques particuliers au secondaire

Près de la moitié des élèves québécois de quatrième et de cinquième secondaire éprouveraient de l’anxiété de performance modérée ou élevée (Dumont et al., 2009). Ce problème d’adaptation serait encore plus important lors de regroupements d’élèves performants, notamment en raison de l’esprit de compétition et les attentes parfois plus élevées de la part des enseignants (Goetz et al., 2008). Or, les études actuelles portent surtout sur les facteurs liés à l’élève, mais peu de recherches documentent les facteurs environnementaux (Raymo et al., 2019).

Cette étude à devis mixte séquentiel explicatif vise à documenter les facteurs de risque et de protection individuels, scolaires, familiaux et sociaux associés à l’anxiété de performance chez les élèves du secondaire fréquentant des programmes pédagogiques particuliers. Dans le premier volet, des questionnaires mesurant l’anxiété de performance seront administrés à 200 élèves de quatre programmes différents (N = 800). Lors du deuxième volet, des entrevues seront réalisées auprès de 12 élèves ayant vécu de hauts niveaux d’anxiété de performance dans le volet 1 et de 12 élèves n’ayant pas présenté d’anxiété de performance, un de leurs parents et un de leur enseignant titulaire. Ce projet facilitera la détection des élèves à risque ou présentant ce problème d’adaptation.