Vol 5, 2000

Études et recherches

Résumés des documents publiés dans le volume 5, 2000

 

Volume 5, numéro 1 premier trimestre 2000 ISBN 2-921559-16-1


Édition épuisée

Familles, écoles et milieu populaire

Pierrette Bouchard, Jean-Claude St-Amant, Monique Gauvin, Madeleine Quintal, Richard Carrier et Claudette Gagnon

Résumé :

La recherche a rejoint des parents et un groupe d'enfants de milieu populaire âgés de 10 à 12 ans, inscrits au deuxième cycle du primaire. Il s'agit d'une enquête exploratoire visant à faire émerger un ensemble de caractéristiques particulières aux enfants qui connaissent du succès à l'école, dans un milieu où, selon les théories de la reproduction sociale, ils seraient davantage susceptibles d'éprouver des difficultés. Au Canada, en effet, les jeunes issus de milieux modestes sont deux fois plus nombreux que les autres à adandonner l'école.

Notre recherche tire son originalité des portraits de familles que nous avons produits à la suite des entrevues individuelles, conférant à l'analyse des facteurs associés à la réussite scolaire un caractère global plutôt que morcelé. Son originalité tient aussi aux pistes d'intervention concrètes qui sont présentées, dans le but de mieux outiller tant les parents que l'école.

L'enquête s'est déroulée dans un quartier ouvrier de la basse ville de Québec. La direction de l'école et le comité des parents ont donné leur appui dès le début de la démarche. La psychologue scolaire et deux intervenante et intervenant du Centre jeunesse de Québec ont collaboré avec nous à l'échantillonnage, à la passation des entrevues et à l'analyse. Nous avons mené des entretiens en profondeur avec des parents (père et mère différenciés) et des enfants volontaires composant 13 familles. Neuf d'entre elles comptent des enfants en situation de réussite scolaire (six filles et trois garçons), alors que dans quatre cas, les enfants (trois garçons et une fille) sont en difficulté.

Les conclusions font ressortir certaines caractéristiques de réussite liées à la proximité scolaire des jeunes, notamment le plaisir d'apprendre, le goût de la lecture et une représentation positive de l'école. D'autres caractéristiques rejoignent le climat familial : le développement de l'autonomie de l'enfant, le climat de confiance, le style démocratique des parents, l'unité de point de vue entre les parents. Enfin, la présence d'un axe mère-enfant (garçons et filles en réussite) reposant sur le soutien affectif et sur un partage de la reconnaissance des acquis sociaux du mouvement des femmes contribue à façonner les chances de réussite scolaire. Cet axe mère-enfant se construit dans certains cas malgré une histoire scolaire difficile de la mère.

 

Volume 5, numéro 2 premier trimestre 2000 ISBN 2-921559-17-X


Mouvements d'opinion publique, presse écrite et éducation : Les grands quotidiens francophones et les États généraux sur l'éducation de 1995

Document d'interprétation de la revue de presse

Groupe d'analyse politique de l'éducation

Résumé :

La présente publication est la première pièce d'un vaste projet d'analyse effectuée par le Groupe d'analyse politique de l'éducation (GAPE) de la Faculté des sciences de l'éducation de l'Université Laval, affilié au Centre de recherche et d'intervention sur la réussite scolaire. C'est un groupe qui propose d'analyser l'éducation comme une institution sociale relevant à la fois, et de façon solidaire, de la société politique et de la société civile, pour appréhender l'école comme une réalité politique.

Ce document est le fruit d'un travail collectif, sous la coordination de Marc-André Deniger, professeur au département des fondements et pratiques en éducation de l'Université Laval. L'équipe de recherche se composait de Marie-Josée Larocque, Annie Pilote et Nancy Émond. La rédaction finale a été effectuée par Marie-Josée Larocque.

L'analyse que nous présentons ici constitue une interprétation de la revue de presse sur les États généraux de l'éducation de 1995. Nous avons ainsi analysé près de 75 articles tirés des grands quotidiens francophones du Québec. Notre document, après une explication de nos choix méthodologiques, rappelle quelques étapes historiques inhérentes à la réforme actuelle pour mieux situer les États généraux dans leur contexte et expliquer leur déroulement. À partir de cette genèse de la réforme de l'éducation, nous analysons, à travers la couverture médiatique, le système de débat, les thèmes abordés dans les journaux lors des assises régionales et nationales et les réactions soulevées par la publication des documents gouvernementaux issus des États généraux. En fait, notre recherche a pour but d'examiner l'évolution du champ d'analyse, d'analyser le système d'action constitué par les enjeux institutionnels et les acteurs impliqués dans le débat.

 

Volume 5, numéro 3 quatrième trimestre 2000 ISBN 2-921559-18-8


Facteurs de réussite dès le début de l'éducation préscolaire et du primaire

Pierre Potvin et Louise Paradis

Résumé :

La recherche a pour objectif général de mieux comprendre la dynamique en cause dans la réussite scolaire et, en conséquence, dans les difficultés scolaires dès le début de la scolarisation; cette dynamique expliquerait, en partie du moins, l'abandon scolaire à l'ordre secondaire. Les variables qui suivent sont prises en considération : 1) Les enseignants : leurs caractéristiques socioprofessionnelles, leurs attitudes envers les élèves, leur perception à l'égard du cheminement scolaire des élèves. 2) Les élèves : leur concept de soi, leurs attitudes envers l'école, l'enseignant et les matières scolaires (français et mathématiques) et leur rendement en français. 3) Les parents : l'organisation familiale en relation avec le travail scolaire, la collaboration école-famille.

La question principale qui oriente la recherche se formule ainsi :

Quels sont les principaux facteurs en cause dans la réussite ou les difficultés rencontrées par l'élève au début de la scolarisation ? Plus précisément, parmi les facteurs reliés aux caractéristiques de l'élève, à celles de l'enseignant et à celles de la famille, quels sont ceux qui expliquent le mieux le cheminement perçu de l'élève (succès versus difficultés) ? De plus, parmi les diférentes variables en cause, qu'est-ce qui distingue les garçons des filles ? Et enfin, quelles variables permettent le mieux de prédire le rendement scolaire ?

Cette étude longitudinale se réalise dans des écoles primaires du territoire de la région Mauricie-Bois-Francs. L'échantillon initial se compose de 990 élèves de maternelle (479 filles et 511 garçons). La moyenne d'âge des élèves est de 6,12 ans avec un écart-type de 0,30, en mai 1993, au moment de la première cueillette de données. Ce suivi porte sur trois ans, soit jusqu'à la fin de l'année scolaire pendant laquelle ces enfants ont terminé leur deuxième année. Durant les trois années de l'étude, quelques 131 enseignantes participent à la recherche.

Les résultats de la recherche montrent que certains facteurs de réussite peuvent être identifiés dès le début de la scolarisation; à cet égard, le rôle prépondérant de l'enseignante de maternelle peut être mis en évidence. Très tôt aussi, l'attitude que l'élève va développer à l'égard de son vécu scolaire semble déterminante. Enfin, le rapport de recherche se termine par la présentation de quelques 14 recommandations liées à des facteurs de réussite scolaire.