Bourses Laure-Gaudreault - Gagnantes 2015-2016

Félicitations aux trois personnes gagnantes!

Maîtrise : 2 bourses (sur 17 candidatures)

  1. Stéphanie Belley
    Étudiante à la maîtrise en psychopédagogie - adaptation scolaire - avec mémoire à l’Université Laval
    Directeur de recherche : Philippe Tremblay
    Titre du projet : Les effets du technicien en éducation spécialisée sur les interactions sociales d’un élève présentant un trouble du spectre autistique au préscolaire

    Résumé : Au Québec, on estime à ce jour qu’un enfant sur 115 (0.86 %) présente un trouble du spectre autistique (TSA) (Noiseaux, 2011). Compte tenu de leurs besoins distincts, les milieux scolaires tendent à privilégier la présence du technicien en éducation spécialisée en classes ordinaires pour soutenir l’élève dans le développement de son autonomie et de ses apprentissages (SRSEAS, 2007). Or, malgré les objectifs initiaux visés par l’intervention en dyade, une trop grande prise en charge de l’élève est susceptible d’accentuer les différences entre ses pairs et lui, pouvant entraver le développement de ses relations sociales (Giangreco, Sutter et Doyle, 2010). Cette étude souhaite éclairer les pratiques d’accompagnement des TES et leurs effets sur les interactions sociales de cinq élèves du préscolaire ayant un TSA : (1) des observations structurées des comportements de chaque élève pendant les récréations permettront de quantifier le nombre d’interactions sociales avec les pairs et les adultes; (2) l’analyse d’entretiens semi-dirigés effectués auprès de chaque catégorie de participants (TES, enseignants, parents) permettra d’appuyer l’interprétation des observations.
     
  2. Chantal Thivierge
    Étudiante à la maîtrise en psychopédagogie - adaptation scolaire - avec mémoire à l’Université Laval
    Directrice de recherche : Claudia Corriveau
    Titre du projet : Étude de l’articulation enseignant-orthopédagogue en contexte d’intégration scolaire : susciter et détecter la compréhension de l'élève en résolution de situations-problèmes en mathématiques

    Résumé : Ce projet de recherche vise à mieux comprendre l’accompagnement d’élèves en difficulté intégrés en classe ordinaire, en contexte de résolution de situations-problèmes mathématiques [RSPM]. Alors que 67 % des élèves en difficulté sont intégrés en classe ordinaire, les écrits montrent la nécessité d’adapter l’enseignement. Une piste proposée par certains chercheurs est celle d’intégrer l’orthopédagogue en classe afin de diminuer les risques de discontinuité de l’enseignement. Or, on souligne que les pratiques des orthopédagogues diffèrent de celles de l’enseignant. Le projet cherche donc à comprendre l’articulation du travail d’un enseignant et d’un orthopédagogue intégré en classe pour soutenir les élèves en difficulté en RSPM. Selon plusieurs chercheurs, les interventions en RSPM devraient être orientées vers la compréhension lors de l’interprétation de l’énoncé et lors de l’engagement dans la résolution. Ainsi, le projet cherchera à identifier les interventions mises en œuvre par un enseignant et par un orthopédagogue pour susciter la compréhension lors de ces deux moments ainsi que les indicateurs permettant de détecter cette compréhension. Ce projet pourrait donc fournir des pistes pour améliorer l’accompagnement des élèves en difficulté en mathématiques, en prenant en compte la nouvelle réalité des intervenants. Cette étude qualitative sera réalisée par le biais d’une recherche collaborative.


Doctorat : 1 bourse (sur 24 candidatures)

  1. Rihab Saidane
    Étudiante au doctorat en éducation à l’Université du Québec à Montréal
    Directrice de recherche : Anila Fejzo
    Co-directrice de recherche : Nathalie Chapleau
    Titre du projet : Les effets d’une intervention en conscience morphologique dans le développement du vocabulaire académique d’élèves québécois de quatrième année du primaire

    Résumé : L’objectif de cette étude est de mesurer les effets d’une intervention en conscience morphologique sur le développement du vocabulaire académique d’élèves québécois de 4année du primaire. Le vocabulaire académique constitue un obstacle pour ces élèves, car il est caractérisé par la présence de mots qui ont plusieurs morphèmes, c’est-à-dire des préfixes, des racines et des suffixes (ex. a+grand+issement) (Townsend, 2009). Des recherches récentes ont démontré que le manque de connaissances reliées aux préfixes et aux suffixes, soit la conscience morphologique, explique les difficultés des élèves au niveau du vocabulaire académique (Kieffer et Box, 2013). Dans ce contexte, optant pour un devis quasi-expérimental, la présente étude proposera 20 activités en conscience morphologique (Fejzo, 2011) aux élèves du groupe expérimental. Afin de vérifier, les effets de l’intervention, la conscience morphologique, le vocabulaire académique et des variables de contrôle seront mesurés au prétest et au postest auprès des groupes expérimental et de contrôle composés d’élèves de 4e année du primaire. Les résultats de cette étude permettront de dégager une piste d’intervention efficace pour soutenir les élèves de 4année à améliorer leur vocabulaire académique.