Positionnement des chercheurs et des partenaires de terrain en matière de persévérance et de réussite scolaires

La Fondation Antoine-Turmel vient d'offrir, en collaboration avec le MELS et le FRQSC 145 000$ pour chacune des cinq prochaines années, afin que soit constitué un réseau de chercheurs sur la persévérance et la réussite scolaires. Deux collègues de l'Université de Montréal, Michel Janosz et Thierry Karsenti, saisissent l'occasion et cherchent à fédérer, entre autres, les groupes de recherche financés entre autres par ce fonds de recherche afin de monter une lettre d'intention qui devra parvenir au FRQSC avant la date d'échéance du concours, soit le 11 février. Dans leur mouvance, ils cherchent des adhésions et des appuis variés, incluant ceux des partenaires de longue date du CRIRES.

Le CRIRES est à préparer sa propre lettre d'intention. Il dispose déjà d'un conseil d'administration auquel participe, à l'exception du MELS, les principaux partenaires de l'éducation. Il fonctionne déjà en réseau, fait de la recherche en collaboration dans une perspective d'innover au bénéfice de la réussite scolaire avec ses partenaires dont les enseignantes et les enseignants. En 2013-2014, l'activité de recherche de ses 42 chercheurs en matière de persévérance et réussite scolaire et de ses quelque 250 étudiantes et étudiants, financée par plus de deux millions de dollars en comptant les subventions, contrats et bourses, a permis de diplômer plus de 30 étudiants aux cycles supérieurs et de produire, entre autres, une centaine d'articles scientifiques, 36 chapitres de volume, 135 communications et 18  rapports de recherche. Sa stratégie n'en est donc pas une de recherche du plus grand nombre possible de participants à un tel réseau, mais de planification d'une nouvelle suite d'activités qui tireraient avantage d'un fonctionnement en réseau pour constituer une réelle valeur ajoutée à l'effort québécois en matière de réussite scolaire et éducative. À ce stade-ci de l'évolution des savoirs théoriques et pratiques et de la rareté des fonds publics, à quoi faire servir le financement accru devient la question. 

Le 5 janvier prochain, un projet de lettre d'intention sera disponible et un espace-temps de trois semaines sera alors consacré à le faire évoluer avec votre participation.